Magali, physicienne à Québec

Magali, physicienne à Québec

Magali Besnier, 35 ans, physicienne médicale installée à Québec – Région Capitale Nationale depuis 2015.

Patience et persévérance!

Mon projet

J’avais depuis un bon moment l’idée de venir tester la vie au Québec après y être venue en vacances trois fois. J’ai perdu mon emploi au moment de l’ouverture des quotas des PVT 2012. Il n’en a pas fallu davantage pour que j’envoie une demande.

Ma région et ma vie

Installée à Montréal depuis trois ans, j’ai déménagé à Québec où on m’a offert un poste permanent en 2015. J’ai vécu dans les deux villes que l’on compare souvent et entre lesquelles les PVTistes hésitent parfois. Après 3 ans à Montréal, j’ai mis du temps à m’adapter à ma nouvelle ville, mais j’ai réussi à y trouver ma place en apprenant à mieux la connaître !

Québec est très différente de Montréal, moins multiculturelle. La riche architecture du Vieux-Québec en fait la ville la plus européenne d’Amérique du Nord. Malgré son image tranquille et la nécessité d’avoir une voiture pour se déplacer hors du centre-ville, Québec propose une vie nocturne trépidante, des lieux de sortie variés, des festivals reconnus mondialement (il n’y a pas d’égal au Festival d’été !), des musées incroyables, etc. L’accès au plein air a de quoi ravir ceux qui recherchent aussi des activités proches de la nature, au centre-ville ou à moins de 30 minutes : pistes cyclables, chemins de randonnée, pistes de ski de fond, patinoires géantes et j’en passe.

En résumé, c’est une ville où chacun peut trouver son compte. Pour des PVTistes, il est commun de s’installer proche du centre-ville, dans les quartiers Montcalm, Saint Jean Baptiste, Saint Roch ou Limoilou. Ainsi, il est facile de se déplacer en autobus, à pied ou à vélo un peu partout.

Mon emploi

La recherche d’emploi à Québec peut être plus facile dans certains domaines qu’à Montréal, avec un taux de chômage très bas, et donc moins de candidats aux postes. Je travaille pour ma part dans le domaine de la santé, en radiothérapie. Après mon PVT, j’ai suivi et obtenu une maîtrise qui m’a permis d‘accéder à mon poste actuel au CHU de Québec, en partie grâce aux contacts que j’ai développés localement et aussi car il y a une pénurie naissante de postes dans mon domaine.

De façon générale, je dirais que sauf exception, c’est le développement du réseau professionnel, notamment avec LinkedIn, très utilisé en Amérique du Nord, qui permet d’accéder au poste que l’on vise. LinkedIn permet de trouver des profils similaires au sien et de contacter des employés d’entreprises qui nous intéressent, afin d’établir des contacts pertinents. Le CV est rarement la pièce maitresse de la recherche d’emploi.

Réseautage, patience et persévérance sont les maîtres mots. Mon conjoint, par exemple, a postulé à un poste qui ne correspondait pas, sur le papier, à ses compétences et sa formation, mais pour lequel il était très motivé. Après une candidature restée sans réponse, une relance mettant l’accent sur sa motivation lui a permis d’obtenir un entretien puis son emploi actuel. Également, pour rassurer des employeurs frileux à l’idée d’embaucher des résidents temporaires, une bonne connaissance des options d‘immigration qui s’offrent à vous pour prolonger votre statut pourra appuyer votre candidature si on vous pose la question.

Mon parcours d’immigration

Après une année sur place, je n’avais pas de raison de ne pas demander une résidence permanente car tout se passait bien. Après un PVT de 12 mois puis un permis de travail fermé, j’ai obtenu un permis d‘études. En parallèle, nous avons envoyé une demande de résidence permanente avec mon conjoint comme requérant principal, via le programme de l’expérience québécoise (PEQ) pour l’obtention du certificat de sélection du Québec (CSQ). Nous avons obtenu la résidence permanente en juin 2015 et venons d’envoyer, avec un peu d’émotion, notre demande de citoyenneté canadienne !

Mon conseil aux PVTistes

Posez-vous les bonnes questions suffisamment tôt pour anticiper les demandes de permis, et de documents pour la résidence permanente et profitez de votre expérience pour utiliser le V du PVT pour voyager. Le Canada est grand, et le reste du continent américain facilement accessible !