Marie, dans l’hôtellerie-restauration à Ville-Marie

Marie, dans l’hôtellerie-restauration à Ville-Marie

 

 

 

 

 

 

Marie Aubry, 36 ans, professionnelle de l’hôtellerie-restauration à Ville-Marie, Abitibi-Témiscamingue.

Direction l’Abitibi-Témiscamingue en couple

 
Mon projet

J’ai eu la chance de venir au Québec en vacances, il y a quelques années, visiter un ami et, comme beaucoup, je suis tombée sous le charme (du Québec, pas de l’ami !). Je suis revenue plusieurs fois ensuite, mais toujours avec des visas touristiques. Mon copain avait passé quelques années à étudier à Trois-Rivières dans sa jeunesse et en avait également gardé un très bon souvenir. En vrai passionné de hockey sur glace, il se voyait bien vivre ici.

Quand nous nous sommes rencontrés, nous avons découvert cet amour commun du Québec ! Nous n’avions aucune idée des démarches à suivre pour pouvoir s’installer ici et avons entendu parler du PVT à ce moment-là. S’il a rimé avec stress et frustrations les trois premières années, avec son atroce système de connexion au serveur d’immigration Canada, le système de sélection a fini par changer ! Nous avons eu la chance et la joie, après quatre ans d’attente, d’obtenir tous les deux notre précieux sésame la même année !

 

Ma région et notre vie

Lors de ma première visite il y a 10 ans, mon ami m’a fait découvrir l’Abitibi-Témiscamingue. Un véritable coup de cœur! J’ai même changé mes plans pour y rester plus longtemps. Vous voyez la fameuse carte postale du Canada, les lacs sublimes, les forêts qui donnent envie de s’y perdre, l’impression de quiétude absolue ? Voilà, c’est ça ! J’ai trouvé les habitants super chaleureux et j’ai beaucoup aimé la convivialité rencontrée ici.

Lors de notre venue avec le PVT, nous avons atterri à Montréal et avons tenté d’y vivre quelques semaines. Mais la compétition sur le marché du travail et le prix des loyers nous ont vite fait continuer notre chemin. J’ai pu faire découvrir Ville-Marie à mon copain et, pour l’instant, il adore ! On aime beaucoup la nature, les grands espaces et la tranquillité qu’on trouve ici. Il n’y a pas d’embouteillages, jamais ! Et pour le prix d’un petit appartement à Montréal, on a pu louer une maison au bord du lac. Incroyable mais vrai, on ne nous a rien demandé pour signer le bail : aucune caution, garantie ou fiche de paye ! Ici, on nous a fait confiance alors qu’on venait d’arriver ! Cela reflète bien la mentalité en région. On y est si bien qu’on songe à demander notre résidence permanente !

 

Nos parcours d’emploi

Je travaille dans l’hôtellerie-restauration et suis polyvalente. J’ai donc pu cibler une recherche en cuisine, en service et en réception. Nous revenions d’un tour du monde de deux ans et la perspective de reprendre un travail à plein temps était un peu déroutante !

Nous avons été très bien accueillis et accompagnés par le Carrefour Jeunesse-Emploi. On a été reçus par une conseillère qui a pris le temps de nous écouter, de vérifier si nos CV étaient adaptés aux normes québécoises, et de nous tenir informés très régulièrement sur les nouvelles offres d’emploi susceptibles de nous convenir. Ils nous ont même renseigné sur les activités disponibles dans le coin, sur les bons plans, les apéros où rencontrer du monde, etc. Bref : top ! Nous avons aussi parcouru les annonces sur Internet, en plus de faire le tour des entreprises locales avec notre plus beau sourire et nos cv. C’est un des gros avantages en région. Il y a beaucoup de demande, et on a trouvé un emploi très rapidement.

J’ai donc obtenu un poste en cuisine dans un beau restaurant à côté de chez nous, grâce à ma candidature spontanée. Mon conjoint, grâce au Carrefour Jeunesse Emploi, travaille dans une entreprise de remise en état après sinistres, et il gravit déjà les échelons. Là aussi nous avons ressenti une différence avec la France; l’ascension au sein d’une entreprise se fait très, très vite si vous vous en donnez les moyens. Peu importe votre diplôme ou votre parcours, ici c’est notre enthousiasme et notre motivation qui nous ont ouvert des portes.

 

Des conseils pour les PVTistes ?

Ne vous arrêtez pas qu’aux grandes villes ! La vie en région est moins stressante, la recherche d’emploi est simplifiée, les gens sont plus détendus, et curieux de savoir ce que vous faites là !

(Et doucement sur la poutine…)